Exemple «SiteClic.fr»

Développement Personnel


Mais la relaxation s'adresse surtout à des personnes qui recherchent un mieux-être, un lâcher-prise afin de mieux gérer leurs émotions, leurs tensions, leurs blocages tant au niveau physique que psychologique. Dans les années soixante, on a pu établir des corrélations fortes entre les niveaux de stress et la santé physique et émotionnelle. Des effets mesurables sur la réduction du stress ont été constatés chez des personnes qui méditent régulièrement[réf. nécessaire]. A partir des années 70, certains livres traitant de la relaxologie sont devenus des best-sellers aux USA. En 1975, a été publié "The Relaxation Response" par Herbert Benson (professeur à Harvard), MD et Miriam Z. Klipper. Cet ouvrage a popularisé la méditation aux Etats-Unis[1].

Les travaux de recherche publiés dans les années 80 ont indiqué des liens de causalité entre le stress et la santé et ont démontré que les techniques de relaxation pouvaient avoir des effets positifs sur l'état général (article du "New-York Times" paru en 1986[2].)

(texte extrait de Wikipédia)

Plus d'information


Voir Profs 

Et aussi...


La relaxation peut être utilisée comme forme de psychothérapie dans la mesure où le vécu subjectif des sensations corporelles puisse servir de support à un travail d'élaboration psychique (par ex.: les méthodes d'inspiration psychanalytique Ajurriaguerra, Sapir et Schultz). Ce type de relaxation ne vise donc pas simplement à une détente mais à un travail psychique avec prise en compte de la dynamique transfert / contre-transfert. Ce dernier est indispensable car la verbalisation de sensations corporelles parfois troublantes nécessite une bonne assise théorico-clinique du psychothérapeute lui permettant de moduler les phénomènes de suggestion et de régression induits par la technique. Les indications se font soit en négatif - pour des personnes qui s'expriment difficilement - soit en positif pour des personnes souffrant de troubles qui mettent en avant une souffrance qui s'exprime au niveau somatique. Dans tous les cas, il s'agit de favoriser un accès spontané à la parole liée à l'affect.